NL | FR

Entrez votre code postal

#VoteforClimate

Vos futurs représentants seront-ils à la hauteur des ambitions nécessaires pour le climat ?
Tous les secteurs doivent urgemment prendre des mesures audacieuses pour minimiser leur impact en émissions de CO2.

Le 26 mai, votez pour le climat !

Se préoccuper du climat ne s'arrête pas aux élections. Inscrivez-vous à nos e-mails afin d’agir avec nous.

La méthodologie

Retour à la page d'accueil

La méthodologie

Introduction:

Comment voteforclimate a-t-il été réalisé?

Nous avons voulu savoir ce que pensent les têtes de liste des enjeux climatiques. Nous avons posé des questions très précises car la lutte contre le réchauffement climatique nécessite des actes rapides et concrets.

Nos questions ont été adressées aux têtes de liste fédérales et régionales qui avaient un délai de trois semaines pour y répondre. Des contacts téléphoniques avec les partis politiques nous ont permis de compléter les réponses quand les candidat.e.s n’ont pas répondu dans les délais. Malgré nos rappels, certaines têtes de liste n’ont pas répondu, dès lors elles apparaissent en gris dans l’outil de recherche.

Nous avons choisi de nous focaliser sur certains secteurs et thématiques en fonction de leurs émissions de gaz à effet de serre et donc de leur contribution au dérèglement climatique. Les thématiques abordées sont la gouvernance climatique, le transport, l’énergie, l’agriculture et les océans. Nous vous expliquons nos choix de questions et nous vous donnons notre point de vue pour chaque question.

Trois formulations de réponse étaient possibles : Je vote POUR- Je m’abstiens – Je vote CONTRE. Les réponses des candidats vous sont présentées sous forme de pictogrammes colorés. Rouge quand la réponse est négative, orange quand il s’agit d’une abstention et VERT quand la réponse est positive.

Les questions que nous avons posées:

Gouvernance climat et réduction CO2:

Question: En général, en tant que candidat de votre parti, vous prononceriez-vous pour une loi climat qui soit légalement contraignante ?

Question: Vous prononceriez-vous, en tant que candidat pour votre parti, en faveur de  l’adoption, au cours de la prochaine législature d’une nouvelle répartition des objectifs climatiques entre les entités afin de contribuer efficacement à une réduction des émissions de gaz à effet de serre de minimum 55% à l’horizon 2030 au niveau européen et d’aller vers une décarbonisation totale au plus tard en 2050 ?

Pourquoi ces questions? Si nous voulons respecter l’Accord de Paris et être en phase avec les conclusions du dernier rapport du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) paru en octobre 2018, il est urgent que des objectifs européens de diminution des gaz à effet de serre plus ambitieux soient rapidement adoptés.

Ce que nous voulons (1): Nous plaidons sans relâche pour une loi spéciale pour le climat, une loi qui prime sur les autres lois dites ordinaires, et pour un “gouvernement climat” qui fasse du climat une priorité essentielle après le 26 mai.

Ce que nous voulons (2): avec la Coalition Climat, nous demandons que la “Belgique s’associe avec les Pays-Bas et d’autres pays européens pour défendre une révision des objectifs climatiques européens en ligne avec l’Accord de Paris : minimum -55% d’émissions de GES en 2030 et minimum -95% d’émissions de GES en 2050. Dans ce contexte, il faudra également tenir compte du principe de la responsabilité partagée et différenciée.

Transport:

Question: Vous prononceriez-vous, en tant que candidat de votre parti, en faveur de la suppression du soutien fiscal (c’est-à-dire: l’avantage fiscal favorisant le recours à la voiture de société comme Avantage Toute Nature – (ATN) aux voitures-salaires?

Pourquoi cette question? Les émissions du secteur des transports constituent 22,5 % des émissions totales en Belgique. Le transport routier représente 97,4 % du total des émissions pour ce secteur en 2017. Selon le bureau du Plan, une voiture de société parcourt 6.000 km de plus qu’une voiture de particulier (dont près de 3 000 km à des fins privées). Moins de voitures-salaires, implique donc moins de transport routier et moins d’émissions de CO2.

Ce que nous voulons: Nous réclamons deux mesures prioritaires:

Question: Vous prononceriez-vous, en tant que candidat de votre parti, en faveur d’une interdiction de la commercialisation des véhicules à moteurs à combustion (diesel le plus vite possible, essence, CNG, hybride) au plus tard en 2028 ?

Pourquoi cette question? Selon les pistes indiquées par le SPF environnement dans son Scénario pour une Belgique bas carbone à l’horizon 2050, “la   transition requiert un passage pratiquement complet vers le transport électrique d’ici 2050.” Le moteur à combustion interne a fait son temps.

Ce que nous voulons: Une étude commandée par notre organisation et produite par le Centre allemand pour l’aéronautique et l’astronautique (DLR) montre clairement que la dernière voiture particulière équipée d’un moteur à combustion interne (essence ou diesel), et même d’un moteur hybride conventionnel, doit être vendue au plus tard en 2028 pour que nous ayons une chance d’éviter un changement climatique catastrophique.

Question: Vous prononceriez-vous, en tant que candidat pour votre parti, en faveur de l’exclusion de l’utilisation de biocarburants à base de cultures vivrières et agricoles (comme l’huile de palme et le soja) de l’obligation de mélange ? Et seriez-vous en faveur d’une réduction des objectifs en matière de biocarburants dans le Plan National sur l’Énergie et le Climat (PNEC) ?

Pourquoi cette question? La majorité du biodiesel utilisé en Belgique provoque des émissions de CO2 supérieures à celles du carburant fossile remplacé. A cela s’ajoute beaucoup d’autres importants effets néfastes dans les pays du Sud (concurrence alimentaire, accaparement des terres…).

Ce que nous voulons: Le mouvement environnemental insiste sur la nécessité de “réduire rapidement l’usage des agrocarburants de première génération. Dans ce contexte, tout soutien public aux agrocarburants néfastes doit être supprimé, en particulier via le retrait des mandats d’incorporation obligatoire. Par ailleurs, pour les agrocarburants dits «avancés» une approche prudente doit être de rigueur, afin ne pas reproduire les mêmes erreurs qu’avec la 1ère génération”.

Question posée aux candidats régionaux en Wallonie et en Flandre:  Vous prononceriez-vous, en tant que candidat pour votre parti, en faveur d’une taxe intelligente kilométrique ?

Question posée aux candidats régionaux à Bruxelles: En général, vous prononceriez-vous, en tant que candidat pour votre parti, pour une taxe intelligente au kilomètre ou un péage urbain dans la Région de Bruxelles-Capitale?

Pourquoi cette question? Une taxation kilométrique intelligente et/ou péage urbain visent  à limiter l’usage de la voiture, à répartir les déplacements dans le temps (notamment taxe kilométrique qui peut faire payer plus cher en heure de pointe), à donner un prix aux déplacements individuels qui coûtent cher à la société dans son ensemble, et à, idéalement, financer des investissements dans une mobilité plus durable.

Ce que nous voulons: Nous voulons des mécanismes de fiscalité qui soient utilisés dans un sens qui favorise une mobilité respectueuse de la santé des plus fragiles dans notre société et de notre environnement. Ces outils doivent permettre d’encourager des déplacements en transports en commun et à vélo ou à pieds et décourager les transports en voitures et surtout dans les milieux urbains ou déjà confrontés à des problèmes importants de congestion et de pollution de l’air.

Question: Vous prononceriez-vous, en tant que candidat pour votre parti, en faveur de la mise en place au niveau régional d’une zone d’ultra-basse émission qui exclura pas à pas les véhicules à moteurs à combustion des villes et des communes dans votre région?

Pourquoi cette question? On estime que le NO2 provoque annuellement 2.320 décès prématurés par an en Belgique. Même dans les zones où la concentration en NO2 est inférieure à la limite européenne, les risques majeurs pour la santé cités plus loin sont présents. Les voitures sont une source très importante d’émission de NO2.

Ce que nous voulons: Nous souhaitons que les autorités municipales interdisent à court terme la circulation des voitures diesel. Cela constituerait un premier pas vers une sortie des voitures à énergie fossile, en créant ou en étendant des zones de basses émissions ou même des zones zéro-émissions. Cette mesure permettrait de protéger la santé des citoyens et de favoriser un transfert modal si des mesures complémentaires y sont associées.

Agriculture

Question: Vous prononceriez-vous, en tant que candidat de votre parti, en faveur de la suppression de tout soutien direct (Pilier I) et indirect (Pilier II) aux exploitations appelées les “méga-fermes”, c’est-à-dire dont la densité du bétail est supérieure à 1,5 UGB/ha (unité de gros bétail par hectare, l’équivalent en besoins nutritionnels de 1,5 vache laitière par hectare) dans le cadre de la nouvelle politique agricole commune (2021-2027)?  

Pourquoi cette question? Les scénarios du SPF environnement pour une Belgique bas carbone en 2050 prévoient une réduction de 16 à 43 % de la consommation de viande. Chez Greenpeace on pense qu’il est nécessaire d’aller plus loin et de réduire la consommation (et production) de viande de 50% d’ici 2050 au niveau mondial, voire plus au niveau de la Belgique.

Ce que nous voulons: Davantage de subsides vers l’agriculture et l’élevage écologique et plus d’aides à la transition. Nous demandons en parallèle que cessent les subsides de la politique agricole commune (PAC) qui soutiennent directement ou indirectement les fermes-usines. Avec un grand nombre d’animaux dans des conditions exigües, ils émettent quantité dangereuses de méthane, d’ammoniac et d’oxyde nitreux.

Question posée aux candidats régionaux en Flandre: En tant que candidat de votre parti, êtes-vous favorable à un fonds de transition dans le plan stratégique agricole flamand pour aider les agriculteurs qui souhaitent passer à une exploitation de plus petite taille, autonome et tournée vers une plus grande autonomie en ce qui concerne la fourniture d’aliments et la gestion du fumier (ou pouvant fournir des aliments provenant d’exploitations voisines )?

Question posée aux candidats régionaux en Wallonie: Vous prononceriez-vous, en tant que candidat pour votre parti, en faveur d’aides aux investissements différenciées qui favorisent l’intégration des enjeux environnementaux ainsi que la diversification et la valorisation des productions via les circuits courts, bio et autres?

Pourquoi ces questions? Une agriculture qui favorise et contribue à la résilience de la nature est nécessaire pour faire face au réchauffement climatique global. Pour cela il est essentiel d’aider nos agriculteurs à relever ce défi d’une transition vers un modèle agroécologique.

Ce que nous voulons: une agriculture à taille humaine, respectueuse des agriculteurs/trices et de leur famille et préservant la nature. Ainsi nous demandons de :

Question posée aux candidats régionaux à Bruxelles: Vous prononceriez-vous, en tant que candidat pour votre parti,  en faveur d’une production en milieu urbain et péri-urbain, à l’horizon 2035, de 30% des fruits et légumes consommés par les Bruxellois?

Pourquoi cette question? Selon le Mémorandum de Graines de Paysans: “Aujourd’hui nous assistons à un intérêt de la part des mangeurs bruxellois aux enjeux liés à l’alimentation. De plus, les citoyens et les citoyennes de l’agglomération urbaines de la région bruxelloise demandent une plus forte proximité avec les filières de productions.

Ce que nous voulons: Nous soutenons Graines de Paysans sur le besoin de développer un soutien pour promouvoir  les exploitations qui choisissent d’encourager les ventes directes et de renforcer  les marchés locaux en termes de souveraineté alimentaire.

Question posée aux candidats régionaux en Flandre: En tant que candidat de votre parti, soutenez-vous un plan stratégique agricole flamand qui alloue 50% du budget de la politique agricole commune belge à des mesures climatiques et environnementales spécifiques?

Question posée aux candidats régionaux en Wallonie: Vous prononceriez-vous, en tant que candidat de votre parti, en faveur d’un plan stratégique agricole wallon qui alloue 50% du budget de la politique agricole commune belge à des mesures climatiques et environnementales spécifiques?

Pourquoi cette question? L’agriculture et le système alimentaire contribuent globalement à près de 30% des émissions de gaz à effet de serre. D’autre part, l’agriculture est et sera sérieusement impactée par les changements climatiques, via les sécheresses et les inondations. Dans le même temps, la  biodiversité est indispensable à la sécurité alimentaire et au développement durable.

Ce que nous voulons: 50 % du budget belge de la PAC doit être utilisé pour des mesures environnementales et climatiques,  dont un pourcentage minimum vise spécifiquement la biodiversité. Cette stratégie peut s’appliquer aux deux piliers, par le biais des instruments qui contribuent efficacement à ces objectifs (ex, MAEC, « éco-schèmes »).

Question posée aux candidats régionaux à Bruxelles: Vous prononceriez-vous, en tant que candidat pour votre parti, en faveur de mesures pour protéger les 134 ha de terres qui sont utilisés comme terrains agricoles, mais qui ont une autre affectation au Plan Régional d’Affectation du Sol (PRAS)?

Pourquoi cette question? Selon Graines de Paysans: “Les terres productives sur le territoire bruxellois sont rares et subissent une forte pression foncière. Les porteurs de projets agricoles innovants peinent à trouver des terrains à cultiver, et leur accès à la terre est souvent relativement précaire.

Ce que nous voulons: Nous soutenons Graines de Paysans sur la nécessité d’adapter les outils existants dans l’objectif de permettre et sécuriser au niveau urbanistique les fonctions productives. Pour cela il est nécessaire de profiter de la révision du plan régional d’affectation du sol (PRAS) prévue après les élections régionales (2019) pour faire de l’agriculture une fonction forte et suffisamment protégée.

Océans

Question: En tant que candidat de votre parti, vous prononceriez-vous en faveur de la suppression d’un soutien financier et politique de la Belgique aux activités d’entreprises impliquées dans l’exploitation minière en haute mer?

Pourquoi cette question? Des océans sains sont essentiels pour combattre le réchauffement climatique. Les océans contiennent actuellement beaucoup plus de carbone que l’atmosphère. Environ 38% des émissions de carbone rajoutées par les humains à l’atmosphère au cours des 200 dernières années sont déjà passées dans les océans.

Ce que nous voulons: Nous demandons un moratoire sur l’exploitation sous-marine jusqu’à ce qu’un réseau d’aires marines protégées qui couvre au moins 30% des océans soit mise en place, idéalement vers 2030.

Énergie:

Question: Vous prononceriez-vous, en tant que candidat de votre parti, en faveur du développement et d’une connection de l’éolien offshore qui atteigne au moins 4 GW avant l’hiver 2025 (ce qui est assez pour couvrir la moitié de la demande d’énergie des ménages belges)?

Question posée aux candidats régionaux en Flandre: Vous prononceriez-vous, en tant que candidat pour votre parti, en faveur de la production minimum d’ici 2030 de 7.770 MW panneaux solaires (photovoltaïque/PV) et de 2.900 MW d’éolien terrestre en Flandre?

Question posée aux candidats régionaux en Wallonie: Vous prononceriez-vous, en tant que candidat pour votre parti, en faveur de la production minimum d’ici 2030 de 4.300 MW panneaux solaires (photovoltaïque/PV) et 3600MW éolien terrestre en Wallonie?

Question posée aux candidats régionaux à Bruxelles: Vous prononceriez-vous, en tant que candidat pour votre parti, en faveur d’une  production minimum d’ici 2030 de 1400 MW de panneaux solaires (photovoltaïque/PV) à Bruxelles?

Pourquoi ces questions? Le secteur de l’électricité doit être presque totalement décarboné en 2050 afin de soutenir la décarbonisation des autres secteurs. Ainsi il est essentiel de pouvoir formuler un objectif ambitieux de 30% d’énergies renouvelables en Belgique et dans les régions d’ici 2030. Pour l’électricité, cela signifie qu’un objectif d’au moins 58% de production renouvelable d’ici 2030 au plus tard, constitue une direction faisable et abordable.

Ce que nous voulons:  Concrètement, cela signifie la réalisation de 13 430 MW de photovoltaïque et de 6 592 MW d’éolien.

Question: Vous prononceriez-vous, en tant que candidat de votre parti, pour le respect de la loi de sortie du nucléaire pour 2025?  

Pourquoi cette question: Déjà en 2003, la loi prévoyait la sortie complète du nucléaire d’ici à 2025, étape essentielle vers un système d’énergie basé sur 100% d’énergie renouvelable. Cependant, en raison du laxisme politique et de l’opposition du secteur, la sortie du nucléaire a été considérablement retardée. Cela crée non seulement une incertitude préjudiciable pour les investissements dans les énergies renouvelables, mais conduit également un acteur à conserver une emprise malsaine sur notre production d’énergie.
Ce que nous voulons: Nous demandons que la loi sur la déconnexion nucléaire soit respectée, ce qui signifie que d’ici 2025, tous les réacteurs nucléaires belges seront définitivement fermés.

Retour à la page d'accueil

⬆️